lachons nous!
  • Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 11 mai 2007

Combien serons-nous en 2050 : 9 ou 12 milliards ?
11 mai, 2007, 10:32
Classé dans : Dans le monde

De nouvelles prévisions démographiques soulignent l’urgence de répondre aux besoins des couples en matière de planification familiale dans les pays en développement. Selon un nouveau rapport, il pourrait en dépendre que le monde compte 2,5 milliards ou 5 milliards d’habitants de plus en 2050.

Combien serons-nous en 2050 : 9 ou 12 milliards ? dans Dans le monde carre20x10

Les nouvelles prévisions démographiques de l’ONU au niveau mondial pour l’année 2050 constituent un autre vigoureux rappel de l’urgence de donner aux couples les moyens d’exercer leur droit fondamental de déterminer librement le nombre de leurs enfants, a déclaré Thoraya Ahmed Obaid, Directrice exécutive de l’UNFPA, Fonds des Nations Unies pour la population.

Actuellement, environ 200 millions de femmes dans ces pays n’ont pas accès à des services de contraception sans danger et efficaces, a déclaré Mme Obaid. Il faut augmenter le financement de la planification familiale pour satisfaire aux besoins de ces femmes, dans le but non seulement de déterminer l’avenir du monde, mais aussi de prévenir les grossesses non recherchées et de réduire la mortalité maternelle et infantile.

Les prévisions doivent rappeler aux dirigeants l’engagement qu’ils ont pris à leur Sommet mondial de 2005 d’assurer d’ici 2015 l’accès universel à la santé procréative, y compris la planification familiale, de libérer les femmes des grossesses non recherchées et de les rendre autonomes afin d’aider à réduire la pauvreté, a déclaré Mme Obaid. Nous devons travailler ensemble à élargir l’accès à des services complets de santé procréative, comme la présence d’un personnel sanitaire qualifié aux accouchements, les soins obstétricaux d’urgence, ainsi que la prévention et le traitement des infections sexuellement transmissibles, dont le VIH/sida

Omar Gharzeddine pour UNFPA – Fonds des Nations Unies pour la Population (ONU)
Le 13-03-2007 (Publié sur internet le 03-05-2007 )



Le tigre et l’Irak
11 mai, 2007, 10:30
Classé dans : Dans le monde,info environnement

Le Tigre a longtemps été un symbole de prospérité en Irak, mais depuis l’invasion menée par les Etats-Unis en 2003, cet étonnant cours d’eau s’est transformé en véritable cimetière. En outre, le niveau de l’eau est en train de diminuer tandis que la pollution augmente, selon les écologistes.

La pollution des eaux du fleuve est imputable aux dérivés du pétrole et aux déchets industriels, de même qu’aux déchets militaires produits par les armées irakiennes et américaines, expliquent ces spécialistes.

La situation est critique. Le fleuve est progressivement détruit et rien n’est prévu pour empêcher sa destruction, s’est inquiété le professeur Ratib Mufid, un expert en environnement de l’Université de Bagdad, la capitale. Une grande partie du fleuve a été transformée en zone militaire, ce qui a obligé les riverains à quitter leur domicile et les restaurants à fermer. La pêche est interdite sur la section du fleuve qui traverse la capitale et aucun bateau n’est autorisé à naviguer dans cette zone.
Chaque jour, les représentants de la police locale tirent des eaux du fleuve des corps portant des signes de torture. Pour les populations locales qui vivent près du fleuve, les cadavres flottants font désormais partie du paysage.

La situation est encore plus grave à Essaouira, au sud de la capitale, où le gouvernement a dressé des barrières constituées d’énormes filets de fer, destinés à filtrer les plantes et les ordures déversées dans le fleuve ; aujourd’hui, ces filets filtrent également les cadavres.

Depuis janvier 2006, au moins 800 cadavres ont été tirés de ces filets de fer, et ce chiffre ne prend pas en compte les corps tirés des eaux de la section centrale du fleuve. La plupart des corps ne sont pas identifiés et sont enterrés sans être réclamés par les familles, a expliqué le colonel Abdel-Waheed Azzam, un haut représentant du département d’enquête du ministère de l’Intérieur.

Selon M. Azzam, 90 pour cent des cadavres trouvés dans le fleuve présentent des signes de torture graves.

IRIN – Bureau pour la Coordination des Affaires Humanitaires (ONU)
Le 09-05-2007 (Publié sur internet le 10-05-2007 )



Opposition à un projet d’installation d’une usine à goudron
11 mai, 2007, 10:26
Classé dans : info environnement,Midi-Pyrénées

Opposition à un projet d’installation d’une usine à goudron sur la commune de Verfeil à 20 km de Toulouse.

Cette centrale d’enrobage à chaud que projette d’installer sur la zone d’activité communale la société ERGS (Entreprise Routière du Grand Sud) constitue une installation classée  qui nécessite une autorisation d’exploiter du préfet et un permis de construire délivré par la municipalité.
 
L’enquête publique s’est déroulée du 18 décembre 2006 au 19 janvier 2007 aux termes de laquelle le commissaire enquêteur a émis un avis favorable mais avec des réserves en particulier la prise en compte d’une double ligne très haute tension à proximité du site.
 
Le collectif de riverains Verfeil-Girou s’est constitué afin de sensibiliser la population sur les nuisances graves que va générer ce type d’installation. Il compte à ce jour près de 200 adhérents et est parvenu à mobiliser la population ainsi qu’une partie des acteurs économiques et associatifs locaux (pétition auprès des chefs d’entreprise, commerçants, artisans de Verfeil et pétition auprès des associations locales).
 

Manifestation


le samedi 12 mai 2007


à Verfeil à partir de 10H30.


AU DELA DE L'OBSCURITÉ |
Chicon Blog |
aRii [+] maRiina |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | love !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!...
| essai
| dogparano